Émilie, Monitrice de portage (aka Dans ma poche à kangourou)

Émilie, Monitrice de portage (aka Dans ma poche à kangourou)

Émilie, dans ma poche à kangourou, nous fait le plaisir de venir parler d’un de ses métiers : Monitrice de portage. De nos jours, il existe des multitudes de solution qui s’offrent aux parents mais parfois c’est dur de s’y retrouver. Une monitrice de portage oriente les parents pour pouvoir porter leur enfant physiologiquement, c’est à dire dans la position la plus naturelle possible.

Welcome to the jungle !

Comme vous l’avez découvert dans l’épisode, Emilie a plusieurs activités

Elle va même bientôt pouvoir vous accompagner sur la DME puisqu’elle termine sa formation tout bientôt.

Merci beaucoup pour ce moment de partage et tout ce savoir sur le portage !

Devenir parents en mission humanitaire : Ombline & Simon

Devenir parents en mission humanitaire : Ombline & Simon

Épisode 03

Après s’être mariés, Simon & Ombline ont décidé de mettre à profit deux ans pour aider les personnes dans le besoin. Ils nous racontent avec passion comment cette aventure a changé leur vie. Ils sont d’abord partis à deux, puis ont accueilli leur premier enfant dans un autre pays, loin de nos habitudes et coutumes tout en aidant les orphelins ! Ombline a d’ailleurs été inspirée de cela pour créer son podcast Birth on earth qui relate les différents accouchements aux 4 coins de monde ! Je vous laisse découvrir leur témoignage rempli d’amour, d’authenticité et d’émotions.

Le podcast :

J’ajoute les photos qu’Ils m’ont envoyées… je ne savais pas laquelle choisir alors j’ai tout mis !

Gérer la douleur de l’accouchement

Gérer la douleur de l’accouchement

La douleur de l’accouchement… Avant de devenir Maman, c’est LE truc auquel on pense. Tout le monde parle de l’accouchement, on ne sait pas comment cela va se passer, tout est inconnu. Et on se demande, est ce que je vais réussir? Est ce que ca va me faire? Est ce que je vais déchirer? (parlons peu, parlons bien). La société nous répète qu’accoucher est très douloureux, nous en faisons une montagne, toute notre attention est focalisée dessus.

Et si nous changions notre façon de voir l’accouchement?

La première fois que j’ai accouché, on m’a répété 34059 fois, que c’est douloureux, “tu vas voir, tu vas demander la péri directe“. Je pensais vraiment que ça allait être horrible… Et bien au final PAS DU TOUT. C’était le plus beau jour de ma vie. Oui oui, je vous assure.

Détaillons un peu cela, les contractions sont douloureuses mais c’est une douleure rapide. En effet, une contraction ne peut pas durer plus d’une minute (et ca personne ne te le dit avant!). C’est une douleure singulière que tu ne pourras absolument pas râter. Plus tu t’accroches aux contractions en te contractant, plus la douleure est dur à supporter. Personnellement, j’ai passé mon accouchement en Grèce en train de plonger dans les eaux paradisiaques ou bien à galoper sur la plage avec mon cheval. (enfin j’ai essayé du moins) Notre mental est très bien et bien plus costaud qu’on le pense.

Un accouchement est un moment magique, tellement fort et c’est surtout le début de votre nouvelle vie. Le fait d’être préparer à ce que l’on va vivre est vraiment bénéfique pour que les parents gardent leurs calmes et passent une magnifique rencontre. Plusieurs techniques existent pour vous préparer en amont comme l’haptonomie, l’acupuncture, la sophrologie, les massages… J’ai personnellement rien eu de tout cela pour mon premier accouchement, j’étais super zen et j’avais hâte de savoir quels sensations j’allais avoir. Cependant, j’avais parfois peur de comment ca allait se dérouler, et puis hâte, et puis peur… merci les hormones!

Tout s’est très bien déroulé et très rapidement, ce qui m’a permis de me dire “mais pourquoi on m’a sans cesse dit du négatif sur les accouchements? C’était tellement magnifique, pourquoi je me suis stressée et focalisée sur la douleur tout au long de ma grossesse?

C’est alors que je me suis rendue compte que chaque femme a un accouchement différent et elle projette ses peurs / vécus sur les autres … j’ai un seul et unique conseil à vous donner : chaque accouchement est différent mais cela restera un des plus beaux jours de votre vie. Faites vous confiance.

Avec tout mon amour,

Victoria

La brioche sans PLV

La brioche sans PLV

Un délice pour tout le monde

Ingrédients :

  • 200 ml du lait de votre choix (j’utilise le lait d’avoine)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 50 à 80gr de sucre blanc (tout dépend de votre gout, j’utilise que 50gr)
  • 2 oeufs
  • 500gr de farine
  • 80gr de margarine
  • 20gr de levure fraîche ou un sachet de levure boulangère déshydratée
  • Facultatif. Un oeuf ou un peu de lait pour dorer, ainsi que des graines de sésame ou des perles de sucre… selon vos choix

Recette :

Étape 1. mélanger les 2 oeufs, le sucre, le sel ainsi que le lait

Étape 2. Ajouter la farine & la levure telle qu’elle est.

Étape 3. Pétrissez au robot 7 mins à vitesse minimum puis 5 mins à vitesse 2 – ou pétrissez à la main 20 mins environ.

Étape 4. Ajouter le beurre coupé en dés et ramolli, pétrir encore 5 mins.

Étape 5. Laisser reposer soit 1h30 à température ambiante (sans courant d’air), soit toute la nuit au frigo.

Étape 6. Dégazer la pâte puis la façonner ou mettre dans un moule ou bien tresser votre brioche, selon vos souhaits.

Étape 7. Laisser monter 30 mins

Étape 8. Cuire 20 à 25 mins à 180 degrés (à vérifier selon votre four)

Régalez vous!

Allaiter un bébé APLV

Allaiter un bébé APLV

RAPPEL. Je ne suis pas professionnelle de la santé mais seulement une maman qui partage son expérience.

Bonjour à tous, et toutes,

Aujourd’hui j’écris un article spécial puisque depuis quelques semaines, nous avons connu de grand changement, notamment le début de la vie à 4 mais aussi la réorganisation de notre alimentation. Lorsque William a 3 semaines, je trouve qu’il a des coliques, le ventre gonflé et surtout il machouille, ronchonne, a des reflux énormes et les symptômes ne font que de s’empirer… Des pleurs inconsolables, avec deux bébés à gérer, nous sommes un peu perdus. Après avoir vu plusieurs professionnels, personne ne nous écoute vraiment, selon eux un bébé pleure et c’est normal. On me répète qu’il grossit très bien (voir trop? Comment un bébé peut trop grossir???) & j’ai même eu le droit à un petit “bon courage Madame“. Entre celui qui m’informe que les protéines de lait ne passent pas dans mon lait, celui qui m’explique que les probiotiques vont tout changer et l’autre qui pense qu’un régime APLV est impossible, nous ne sommes pas beaucoup avancés. Nous recherchons des informations précises sur le pourquoi des maux de William et plusieurs réponses en découlent :

  1. Le REF (Reflexe d’ejection fort) de la maman peut engendrer des coliques, RGO.
  2. Bébé peut être APLV
  3. Les freins restrictifs à contrôler
  4. Le syndrome de KISS (je détaillerai cela dans un autre article)

Après ces recherches approfondies, Je commence par réduire tous les aliments galactogènes pour voir s’il y a une différence sur mon REF et ce n’est pas forcément concluant, donc nous décidons d’arrêter les PLV, et les allergènes croisés et le changement va opérer. Cela prendra quelques temps, je dirai 10 jours pour commencer à voir les premières améliorations. Il est plus apaisé, va mieux, il sourit à nouveau et peut être avec nous sans se tordre de douleurs.

Cela demande un effort de la part de la maman car allaiter un bébé APLV peut vite être casse tête… il y en a PARTOUT. C’est fatiguant de toujours avoir à vérifier.. Nous passons deux fois plus de temps aux courses, et sans compter l’entourage (Ma mamie adorée) qui pense que les produits sans lactose sont OK pour les bébés APLV.

Je vous récapitule tout ici (disponible aussi sous forme de PDF à télécharger)

  1. Le lactose est le sucre que contient le lait, les protéines de lait sont des protéines (comme son nom l’indique) qui peuvent être difficile à digérer car bébé n’a pas les enzymes nécessaires.
  2. Tous les produits qui contiennent du lait sont à bannir mais aussi les allergènes croisés : Viande de boeuf, agneau, veau, lait de chèvre, lait de jument, lait d’ânesse, lait de brebis et le soja.
  3. Les protéines de lait de vache (et dérivés) restent 3 semaines dans notre lait.
  4. Tenir un journal alimentaire peut grandement vous aider à analyser la source des problèmes.
  5. Bien regarder les étiquettes et rester loin de: Albumine, beurre, crème, caséine, caséinate, caramel (au beurre), lactalbumine, lactoglobine, lactose, fromage, poudre de lait, globuline, babeurre, lactoserum, yaourt, graisse butyrique, galactose, lactosérum, ferments lactiques, E270 (acide lactique), E325 (lactate de sodium), E326 (lactate de potassium) et enfin E327 (lactate de calcium). (je peux en avoir oublier, n’hésitez pas à m’aider à compléter la liste)

C’est un choix pour votre bébé et pour vous, certaines personnes trouveront cela trop contraignant, ou difficiles. (ce que je comprends totalement). Voyez cela comme un défi culinaire, qui en devient fun! Vous allez peut être faire des erreurs (que votre bébé vous fera vite comprendre). Après un mois d’amélioration, je me suis dit que c’était peut être “dans ma tête cette intolérance“, du coup j’ai voulu manger un petit peu de fromage de brebis. J’ai très vite compris, que c’était pas dans ma tête.

Je vous partage des recettes au fur à mesure, toute APLV. N’hésitez pas à me dire si vous souhaitez aussi des recettes spécifiques comme par exemple, sans oeuf? Je suis en pleine phase de test.

Télecharger le guide à imprimer

Je vous souhaite un très bel allaitement et plein de courage!